SEO : 10 conseils pour améliorer le référencement d’un site WordPress

Des astuces spécifiques à WordPress et des conseils pertinents pour tous les sites web : lors du BlendWebMix, Daniel Roch (SeoMix) a énuméré les 10 principes à respecter pour favoriser le référencement d’un site propulsé par WordPress.

  1. Analysez régulièrement votre site 

Première astuce : analysez régulièrement votre site comme le ferait Google, en utilisant des outils d’analyse comme OnCrawl ou Screaming Frog. Ces rapports sont très riches en enseignements et vous permettent de connaître réellement votre site. Grâce à des crawls réguliers, vous repérez les optimisations à faire et les erreurs à corriger en vous plaçant d’un point de vue « externe » qui imite le fonctionnement du robot de Google. 

  1. Chassez les contenus inutiles 

Lors des crawls, nous découvrons souvent de nombreuses pages insoupçonnées, dont l’intérêt doit être remis en question. La chasse aux contenus inutiles permet d’économiser le budget du crawl et donc de recentrer la popularité, et donc l’attention du robot de Google sur les contenus qui vous intéressent vraiment. Si les visualisations proposées par les outils de crawl ne vous suffisent pas, vous pouvez tester Gephy pour visualiser ces pages orphelines dans la structure de votre site. Vous pouvez également utiliser Google Analytics pour identifier les pages qui ont peu ou pas de trafic et étudier l’intérêt d’agir sur ces pages : si elles sont mises à jour, si elles sont supprimées, etc. 

  1. Concevoir un contenu riche 

Une page Web doit répondre à un besoin exprimé par l’utilisateur. La qualité au sens de l’utilisateur et au sens du moteur sont deux notions différentes, mais vous devez réussir à positionner vos pages pour correspondre aux attentes des utilisateurs. Enrichir les pages avec des éléments visuels peut être très efficace : Daniel Roch prend l’exemple des pages de reviews du site Les Numeriques, qui sont souvent très hautes dans les moteurs de recherche lorsque vous recherchez des informations sur un produit. Elles contiennent des descriptions complètes et techniques, des photos, des opinions, des vidéos, des commentaires …

Ces pages attirent des liens naturels. Pour savoir ce qu’il serait bon de proposer, il est conseillé d’effectuer votre recherche ciblée sur Google et de regarder le contenu des pages bien référencées : vous découvrirez ce que Google apprécie. 

  1. Ecrire du vrai contenu 

De nombreuses techniques accessibles vous permettent de récupérer du contenu à un endroit, de le transformer et de le publier sur votre propre site automatiquement.

Ces méthodes sont souvent efficaces à court terme, ce qui peut attirer les professionnels du web. Par contre, ces contenus ont un potentiel moins important à long terme et l’intérêt des utilisateurs est très souvent proche de zéro. Privilégiez plutôt la conception de contenus réels pour attirer et convaincre les internautes. 

  1. Connaître vos produits

Sur de nombreuses requêtes, vous tombez sur des articles bien référencés écrits par des référenceurs.

Il n’est guère plus intéressant que le contenu de remplissage. Les thèmes sont très variés et très souvent, les liens d’affiliation permettent de capitaliser les efforts faits pour accéder à ces positions très recherchées. Pour l’utilisateur, l’intérêt est souvent limité, car les contenus ont été écrits par des personnes qui ne connaissent pas vraiment le sujet – ils utilisent simplement des outils très efficaces pour trouver les mot-clefs à utiliser pour faire plaisir à Google.

Le moteur surévalue encore beaucoup ce contenu – mais si vous pouvez facilement repérer un contenu écrit par un référenceur, cela signifie que les évaluateurs de qualité peuvent le voir aussi. Ces sites peuvent être pénalisés manuellement ou subir des mises à jour d’algorithmes plus globaux qui devraient permettre de tendre vers un web plus qualitatif.

Pour votre site, utilisez l’expertise qui vous entoure, ne confiez pas la rédaction à un référenceur (le référenceur conseille, le rédacteur écrit en fonction de son expertise) et bien connaître vos produits : c’est la meilleure option pour une stratégie à long terme. 

  1. Optimisation des performances 

Google accorde une grande importance à la vitesse des sites web, car tout le monde est gagnant lorsqu’un site devient plus rapide. L’utilisateur, dont l’expérience est améliorée ; le site web, qui obtient de meilleures conversions ; et bien sûr Google, qui doit déployer une énergie, un budget moins important pour crawler les sites web. Concrètement, il ne faut pas suivre l’exemple d’Usain Bolt, dont le site prend plus de 10 secondes à charger.

.. plus qu’assez de temps pour parcourir les 100 mètres. 

Sur WordPress, pour améliorer vos performances, il est conseillé de mettre en place un système de cache (avec WP Rocket par exemple), de compresser les images (de nombreux plugins existent également), de ne jamais utiliser une extension comme Divi ou Elementor pour construire son site (c’est plus simple, mais cela génère des lignes de code ou même des pages totalement inutiles qui peuvent dégrader les performances de votre site) et d’optimiser le code PHP de son site et de supprimer les éléments superflus. 

  1. Améliorer l’accessibilité 

Améliorer l’accessibilité de votre site permet de répondre aux besoins des personnes ayant un handicap visuel, auditif, moteur et cognitif. Ce faisant, vous répondez également aux besoins de Google, qui est aveugle, sourd, qui n’a pas de main (il ne clique pas manuellement sur les liens, il suit les liens tels qu’ils apparaissent dans le DOM) et qui cognitivement parlant ne comprend pas grand chose de ce que vous écrivez.

Les actions en faveur de l’accessibilité ont toujours un impact SEO positif. Pensez aux textes alternatifs, à la description des vidéos, aux chemins de navigation, expliquer autant que possible, vérifiez le fonctionnement de votre site sans JavaScript, regardez attentivement votre balisage Hn, supprimez les liens inutiles, simplifiez votre design autant que possible et ayez un site aussi accessible sur le mobile que sur le PC. Ces éléments doivent être assimilés par les développeurs et les rédacteurs qui écrivent des articles sur votre site (notamment pour les textes alternatifs et la description des vidéos).

  1. Garantir la sécurité 

La sécurisation de votre site est importante : elle vous permet de vous protéger, au mieux, contre les pirates qui pourraient remplacer votre contenu ou ajouter des liens vers des sites peu recommandables… Certains pirates ne cachent pas les liens et sont donc facilement repérables. D’autres font du cloacking pour cacher les liens malveillants qu’ils injectent dans les sites piratés.

Quand on parle de sécuriser votre site, il ne s’agit pas seulement d’utiliser le protocole HTTPS. Il s’agit avant tout : de faire des sauvegardes régulières (pour récupérer facilement son contenu en cas d’attaque) ; de configurer correctement son htaccess et son wp-config.php ; contrôler son hébergement ; maintenir son CMS à jour ; utiliser les extensions de sécurité (comme SecuPress ou Wordfence, Daniel Roch préférant la première à la seconde) ; et gérer soigneusement les droits accordés aux utilisateurs. 

  1. Respecter la loi 

Cela semble évident, et pourtant : de nombreux sites (réalisés ou non sous WordPress) ne respectent pas la loi. Pas vu, pas pris comme ils le disent, mais attention quand même aux risques encourus. On ne saurait trop insister sur le fait qu’en droit français, les contenus sponsorisés doivent être clairement identifiés comme tels, sous peine de poursuites judiciaires ; que Google demande de mettre les liens insérés dans ces articles en rel = sponsored ; que l’achat de liens est une pratique qui contrevient aux règles de Google, vous pouvez être sanctionné ; que vous pouvez également être attaqué pour vol de contenu (plagiat), contrefaçon, concurrence déloyale.

… Et depuis 18 mois maintenant, le RGPD impose un certain nombre d’actions si vous traitez des données de citoyens européens. Selon votre marché, votre secteur, les produits que vous vendez, le contenu que vous proposez, vérifiez les principes juridiques à respecter. Et n’oubliez jamais que ce n’est pas parce que c’est faisable que c’est légal.

  1. Obtention de liens 

Les liens établis entre les pages web constituent un élément fondamental du référencement. Ce sont les liens qui permettent à Google de parcourir les pages, de comprendre les relations entre elles et d’évaluer la popularité des pages web. Les fermes de liens ont longtemps été un moyen facile de stimuler le positionnement de ses pages web – Google a sanctionné ces pratiques de liens artificiels en 2012 avec Penguin.

A long terme, ce ne sont pas les liens placés manuellement qui permettront à votre site de dépasser ses concurrents. Les liens qualitatifs sont ceux obtenus naturellement, ceux qui sont créés par des tiers parce qu’ils considèrent qu’il est naturel de placer un lien vers votre site. Vous pouvez évidemment contacter les sites qui vous citent sans backlink pour essayer d’obtenir un lien qui vous semble pertinent, mais vous devez surtout vous concentrer sur votre contenu.

Créer un bon contenu, original, pertinent, apprécié et en résonance avec une communauté ou les médias sera toujours le meilleur moyen d’obtenir des liens parfaitement naturels de la part de nombreux sites faisant autorité. Ce conseil s’applique évidemment à tous les sites, quelle que soit leur technologie.

Ajouter votre grain de sel ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.