Google, champion du monde de la recherche dans le monde entier ?

La prédominance de Google dans le monde est-elle absolue ?

Le Dieu Google règne-t-il sur toute la planète ? Les spécialistes du SEO et du positionnement de site ne jurent que par lui le plus souvent. Et pourtant, les résultats sont plus contrastés qu’il n’y paraît.

En France, et de manière globale dans le monde occidentale, le géant de Mountain View s’est positionné comme un acteur hégémonique. Presque unique pourrait-on dire.

 

Dans l’hexagone, selon le Blog du modérateur, 91,5% des recherches sur le web se font sur Google.

Prenons à présent l’Europe toute entière : le chiffre monte à 91,6%.

Les moteurs de recherche Bing, Yahoo et Yandex RU se partagent quelques miettes. Du reste, si l’on considère le monde entier, on constate que 9 recherches sur 10 se font au moyen de Google.

Ajoutons à cela :

  • des milliers de salariés (72 053 personnes en 2017 selon Frenchweb) un peu partout dans le monde ; 
  • des résultats financiers astronomiques : toujours selon le Blog du modérateur, le bénéfice annuel de Google s’élevait à  26,1 milliards de dollars en 2017 ; 
  • un navigateur web, Chrome, qui lui permet de récupérer de la data comme aucune autre boîte dans le monde ; 
  • de multiples services allant de l’agenda en ligne au Google Home ; 
  • une entreprise qui défie la mort elle-même (oui oui, c’est sérieux) ; 
  • … et de manière générale, une nouvelle manière de voir et de penser le monde. Google nous a appris à poser des questions à un moteur de recherche, ce qui est déjà en soi un truc assez dingue. Qui n’a jamais dit “Google est ton ami” ou “demande à Google” ?

 

Bref, qui dit mieux ?

Et pourtant, un peu comme le village d’Astérix, certains résistent encore et toujours.

C’est le cas de la Russie, où Yandex continue à faire des misères à Google, les Russes – et les Russophones – ayant une préférence pour ce moteur né en 1997.


Autre cas connu : celui de la Chine, où Google est quasiment banni malgré une timide tentative de retour en 2018, via le projet Dragonfly,
qui provoque des remous jusque dans les rangs des employés du géant de Mountain View. Les Chinois utilisent massivement Baidu.

 

D’autres moteurs et portaux de recherche parviennent parfois à se tailler une place à côté du mastodonte : c’est le cas de Seznam en République Tchèque et de Naver en Corée du Sud.

Le Japon apprécie Yahoo, qui est utilisé pour près d’un tiers des recherches sur le web.  Enfin, même aux Etats-Unis où Google est né, le moteur ne récolte “que” 86% du marché de la recherche, concurrencé par Bing et Yahoo.


Pour en savoir plus sur le sujet : lisez également cet article de Challenge
sur les pays les moins Google-maniaques.

Ajouter votre grain de sel ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.