Leaves And Clouds : Création & challenge de la boutique signée Marie Lopez

Disclaimer: Aucun site n’est parfait. Cette étude de cas est là pour expliquer dans quelles circonstances et dans quel contexte nous avons pu réaliser ce projet et aussi pourquoi ce site est tel qu’il est aujourd’hui. Notre métier est d’accompagner nos clients au travers des contraintes grâce à nos conseils pour  avancer vers la vision qu’ils souhaitent. Nous n’imposons jamais une direction, nous nous mettons au service de nos clients.

Pouvez-vous nous présenter votre client en quelques lignes ? 

La boutique Leaves and Clouds a été lancée en mars 2018 par Marie Lopez, plus connue sous le nom d’Enjoy Phoenix sur Youtube et certains autres réseaux sociaux. On y trouve des soins et des objets de décoration inspirés par la nature et fabriqués par des  artisans soucieux de l’environnement.  

Tous les objets sont sélectionnés ou imaginés par Marie Lopez, de la papeterie aux produits  de beauté en passant par les objets lifestyle ou 0 déchet. Trois boutiques éphémères ont été ouvertes et des coffrets exclusifs en édition limitée sortent régulièrement.  

Leaves and Clouds s’engage à choisir, dans la mesure du possible, des artisans locaux et des produits made in France avec une nouvelle sélection de produits disponibles chaque  mois. 

Comment ce client vous a-t-il connu ? 

Une connaissance commune nous a mis en contact principalement car il y avait déjà un besoin fort, exprimé par Marie Lopez et l’équipe qui travaille sur cette boutique.  Nous avons été appelés car ils avaient une boutique PrestaShop et celle-ci fonctionnait plus ou moins bien au sens technique. 

Cela rendait la vie et les opérations difficiles pour les équipes parce qu’elles ne pouvaient pas faire tout ce qu’elles voulaient sur leur site. La boutique était une usine à gaz sur le point de rompre sous ses contraintes.

Tous ceux qui ont déjà utilisé PrestaShop connaissent ses avantages, mais ils connaissent aussi ses inconvénients. Une partie de ses inconvénients est que c’est un outil qui, pour certains cas d’utilisation est assez peu familier et peu flexible (nous n’utilisons pas PrestaShop et nous ne recommandons pas non plus cet outil pour diverses raisons qui nous sont propres).

Dans ce contexte, Leaves & Clouds avait besoin de plusieurs évolutions fortes à la fois visuellement et techniquement sur le site. 

Quelles étaient les conséquences sur son activité ? 

L’évolution difficile ou complexe ou couteuse de la boutique et de son écosystème. 

Le site en 2018

Avez-vous déjà rencontré ce genre de problématique auparavant ? 

Effectivement, on retrouve souvent ce genre de problématique : des personnes qui ont lancé un projet avec un set d’outils ou une plateforme spécifique parce qu’on leur a recommandé sans réellement avoir le choix. Ou du moins sans comprendre toutes les contraintes que cela engendre.  

Quand on en arrive au point où le  produit n’est plus aligné avec la plateforme ou les technologies qu’on utilise, c’est qu’au départ, il y eu un manque de vision sur le produit à long terme,  l’expression des besoins n’a pas été faite de manière assez rigoureuse. Quand on démarre avec un client, il faut arriver à prévoir une roadmap ensemble sur quelques années sans quoi le risque de se retrouver pris au piège technologiquement est possible.

Il faut que le client comprenne les possibilités mais  aussi les contraintes de chaque outil et de chaque plateforme. En effet, il y a beaucoup de choix, mais chacun de ces choix a un impact possible sur  l’évolution du projet en lui-même.  

Nous nous sommes donc assis tous ensemble pour discuter de ces points : 

Qu’est-ce qui est approprié sur le site en ce moment ? Qu’est-ce qui ne convient pas ? Que  faisons-nous en termes de fonctionnalités ? Êtes-vous intéressés par ceci ou cela ? 

Il ne faut pas avoir peur de poser des questions et même si on se dit : ” Oh, mais ce n’est pas pour moi “, ce n’est pas pour vous  immédiatement en effet, mais c’est à nous de vous aider à imaginer que dans un an vous penserez peut-être l’inverse et que cette fameuse fonctionnalité vous sera utile.

Quels étaient les objectifs de votre client en faisant appel à vous ?

Les objectifs étaient multiples. 

Premièrement, reprendre la main à 100% sur le site. Avoir un produit que les équipes puissent simplement utiliser, modifier, mettre à jour, sans se soucier des aspects techniques comme les maintenances, le déploiement de nouvelles fonctionnalités et ainsi de suite.

De cette manière tous peuvent faire leur métier sans se soucier des détails techniques. Deuxièmement, procéder à une petite retouche visuelle. Repartir sur une identité visuelle minimaliste, noir et blanc, sans  aucune décoration. 

Épuré et pur.

Troisièmement, comme nous le disons depuis le début, il s’agit de la simple évolution du  produit à un coût anticipé. 

Certaines plateformes vont avoir un coût qui est plus facile à anticiper parce qu’on maîtrise bien notre  écosystème et notre environnement. En utilisant d’autres plateformes, les coûts vont parfois doubler à cause d’une technologie  différente car on a une contrainte qui s’ajoute et que l’on doit la contourner d’une  manière X, Y ou Z et ça devient tout de suite plus compliqué. Le but ici était vraiment de raisonner et de mixer ces objectifs : simplifier la vie des  utilisateurs en front-end comme en back-end pour les administrateurs du site.

Un autre objectif était aussi une navigation améliorée sur mobile. 

L’objectif étant comme toujours d’avoir une expérience mobile parfaite. Ce qui est  presque impossible à réaliser au vu du nombre de terminaux et de configurations différentes pour pouvoir dire qu’un site est parfait sur tous les terminaux  du monde avec tous les types de connexions qui existent. Mais nous avons fait notre possible pour que l’expérience mobile soit la plus  respectueuse et efficace possible pour les utilisateurs. 

Comment avez-vous décidé le plan d’action ? 

Le plan d’action a été décidé presque naturellement à partir de cette réunion de plusieurs heures où nous avons tout mis à plat. Nous impliquons le client à 100% dans la validation de toutes les typologies de pages, la validation de chacun des mécanismes choisis, même si ça peut donner l’impression parfois d’un surplus d’informations. 

Tout est documenté quand c’est nécessaire et demandé. Tout est fait sous forme de vidéo : on va toujours faire une vidéo explicative pour la fonction  X ou Y, une vidéo qui va durer parfois 3 minutes comme 20 ou 30 minutes selon les besoins. 

On fait avancer le client sur la validation et la construction de son site. 

Quelle était votre marge de manœuvre ? Avez-vous eu des contraintes spécifiques ? 

La première contrainte sur un projet qui est déjà en cours est toujours la même : récupérer et synchroniser les données de production au moment de la sortie de la nouvelle version du site (les commandes, les comptes  clients…) c’est tout ce travail d’exportation et d’importation qui peut être très vite  problématique ou dans d’autres cas beaucoup plus simple suivant les volumes et les plateformes.  

Dans notre cas, nous sommes partis de PrestaShop et nous sommes passés sur  WordPress. Deuxième contrainte, c’est les pics de trafic et les problèmes serveurs qui étaient un problème sous PrestaShop. 

Les pics de trafic sont des éléments pas toujours simples à gérer pour un prix raisonnable et sans test de charge. Dès que l’influenceuse Marie Lopez communique, un afflux de connexions à un instant T arrive. Au moment où la vidéo/story est publiée, les utilisateurs ont l’information et peuvent  immédiatement aller jeter un œil sur le site, passer commande… 

C’est un vrai défi parce qu’on va passer de 100 visiteurs par minute à plus de 800 ou 1000 utilisateurs actifs pendant la  même minute. C’est une vraie contrainte à gérer et à intégrer au cœur même du projet. 

Difficiles à anticiper  en termes de volume et en termes de durée. La première fois où on a eu un pic de trafic, le serveur a évidemment explosé et il nous a fallu 15 minutes pour repartir. Nous étions tous conscients que ce premier jet serait un bon test de charge. 

Là où ça a été difficile, c’est qu’on n’a pas réussi à maîtriser la deuxième non plus. L’annonce avait reçu plus d’engouement que la première. Nous avons eu des problèmes de synchronisation avec les flux bancaires cette fois-ci (avant que le client accepte de changer de solution pour Stripe).

Troisième essai : meilleur contrôle, nous avons réussi à tenir pendant la quasi-totalité du pic avec un décrochage de 5 à 10 minutes. 

Quand on a vu cet échec, nous avons fait le maximum pour réduire la charge serveur. Côté commerce, nous étions en communication directe avec l’équipe du site dans ces moments de crises.  Ils connaissaient la complexité et ils nous voyaient travailler pour résoudre ces différents  problèmes, sans tensions. Lorsque nous avons atteint ce niveau la troisième fois, nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas nous permettre d’avoir de nouveau problèmes. 

Cette fois-ci, nous avons complètement changé l’architecture serveurs afin de  pouvoir anticiper quasiment les plus grosses charges que nous avions reçues jusqu’à  présent. 

Jusqu’à maintenant, les dernières charges lors des sorties exclusives de nouveaux produits ont pu être absorbées. Dernière contrainte : la qualité et la précision avec laquelle on devait travailler aussi  bien en front pour les clients qu’en back-office. 

En front, notre référente de l’équipe de Leaves and Clouds qui travaille avec nous de manière  quasi quotidienne est extrêmement rigoureuse et précise. Jusqu’à présent, nous avons toujours su répondre à l’ensemble des besoins et, de notre point de vue, le  site actuel : que ce soit la page d’accueil ou les pages produits, représentent les pages les plus  pures et presque “pixel perfect” que nous ayons produites à ce jour.

Vos actions ont-elles été faciles à mettre en place ? 

Ce qui est intéressant quand on travaille avec Leaves and Clouds et son équipe, c’est qu’on  travaille de façon quasi quotidienne voire hebdomadaire avec Coralie, qui est notre partenaire dans l’équipe Leaves and Clouds. 

La communication est professionnelle voire amicale quand le temps le permet, sans qu’il n’y ait jamais un seul  mot au-dessus de l’autre ou un seul sujet de crispation. C’est un profil parfait avec qui travailler car cela permet de se comprendre et réagir vite. Et s’appeler immédiatement si besoin. Une autre partie qui nous aide : nos différents environnements de développement. Ça nous permet de  pouvoir tester absolument tout ce qu’on veut sans modifier le site en ligne.

On fait tous les tests, les validations, les modifications sur le staging avant que  tout soit testé et validé des deux côtés. 

De notre côté sur l’implémentation et les résultats fonctionnels, côté Leaves & Clouds sur le scénario  utilisateur et le comportement attendu. Une fois que tout est ok on met cela en prod, ce qui, encore une fois, rend tout le travail transparent. Il n’y a pas de points d’incompréhension ou s’il y en a, ils sont immédiatement traités et  retravaillés jusqu’à validation définitive. 

Avez-vous eu recours à une aide extérieure pour ce projet ? 

Oui, nous avons effectivement fait appel à une aide extérieure. Nous savons où  s’arrêtent nos compétences et nous voulons nous assurer que nous fournissons le meilleur  travail possible pour le client. 

Il s’agissait ici de fonctions WordPress spécifiques liées à des jeux de stock pour s’assurer que les stocks qui sont actuellement dans les paniers soient bien déduits du stock  réel et que nous n’ayons pas d’incohérences comme ça a pu arriver dans le passé avec des  utilisateurs qui mettent un produit dans le panier mais qui, au moment de payer, peuvent ne plus avoir le produit car le stock a été écoulé entre-temps. Pour ce type de modification, nous sommes passés par l’agence Lyonnaise Arkanite. C’est une agence composée d’excellents prestataires vers laquelle on aime se tourner  quand on a un besoin très spécifique sur lequel nous ne savons pas répondre. 

Le reste a été maîtrisé en interne. 

“Une communication permanente et une validation à chaque étape nous permettent de proposer un service de qualité.”

Avez-vous dû apprendre ou maîtriser de nouveaux sujets pour ce projet ?

Oui, de nouvelles compétences à maîtriser. Liées à l’architecture serveur et à l’absorption des pics de trafic via l’optimisation continue de l’écosystème du site. Même si c’est un point que l’on connaissait déjà en amont, le volume pour ce projet là a repoussé les limites que l’on connaissait. 

Comment vous organisez-vous pour un projet de ce type en termes d’outils, de suivi  client et de suivi de l’avancement du projet ? 

Nous nous adaptons aux besoins du client.  

Dans ce contexte précis, pas d’outil spécifique, si ce n’est l’e-mail et la messagerie  instantanée pour communiquer. Comme dit précédemment, nous sommes en contact presque tous les jours ou au moins plusieurs fois par semaine, nous actualisons et validons les tâches chaque semaine ou chaque mois lorsque le projet est plus gros. 

Quelle technologie avez-vous utilisée pour répondre aux besoins de votre client ? 

Le site est sous WordPress / WooCommerce, un  choix sélectionné au vu des contraintes d’évolution et de fonctionnalité au  moment où elles ont été définies, impliquait une sélection quasi automatique de  WordPress. Pourquoi ? Parce que las d’être enfermées par PrestaShop, l’équipe de Leaves and  Clouds voulait avoir un contrôle total sur le site, quoi de mieux que WordPress pour offrir cette possibilité. 


De plus, WordPress était un outil déjà connu en interne et il allait très bien dans la gestion quotidienne des tâches par l’équipe. À cet écosystème, nous avons ajouté un ensemble de fonctionnalités, soit codées en dur  immédiatement, soit via des modules complémentaires.

Nous faisons toujours très attention à avoir le minimum de plugins installés pour une stabilité et un entretien facile du site. La boutique tourne parfaitement techniquement. Shopify à été évoqué, un très bon choix aussi. Mais le besoin de liberté et de contrôle total l’a emporté. 


Quel a été le résultat final pour le client ? 

Le résultat final a été largement positif, que ce soit en interne comme à l’accueil du public. Depuis la sortie du site, nous sommes toujours techniquement en charge de ce projet. Tout se passe extrêmement bien et nous continuons à le faire évoluer tous les mois  en fonction des besoins. 

Ils font partie de ces rares clients qui paient leurs factures dès qu’ils les reçoivent et c’est  toujours très agréable en tant que prestataire de pouvoir compter sur une relation aussi  solide et qualitative avec l’un de ses clients, c’est extrêmement appréciable.


Quelles sont les prochaines actions prévues à la roadmap ? 

Nous avons établi une roadmap qui provient de nos suggestions et des besoins identifiés par le client après plusieurs mois d’utilisation de son  nouveau site. Nous avons déterminé une roadmap sur un an avec plus d’une trentaine de fonctionnalités  différentes dont certaines sont en place aujourd’hui et d’autres qui  continueront à être ajoutées dans les mois à venir. 

Il y a par exemple le mécanisme de paniers abandonnés qui n’a pas été mis en place  dès le début, les précommandes, le système de carte cadeau ainsi que le système d’upsell  qui permet de proposer un produit complémentaire lorsque l’utilisateur vient ajouter au  panier un produit spécifique. 

Il y a également eu toute une session d’optimisation sur la page de paiement du site, qui est  généralement l’un des carrefours de conversion sur lequel nous accordons une certaine  importance. Sur cette page, par exemple, nous avons ajouté des choses qui ne sont évidemment pas  natives à WordPress ou WooCommerce comme l’auto-complétion de l’adresse de  l’utilisateur, la suppression des points de fuite, l’ajout d’upsell, etc. 

De nouvelles fonctionnalités sont à prévoir mais je n’en dis pas plus… 

Pour conclure, je dirais que nous sommes heureux et honorés de travailler au quotidien avec cette entreprise et ses équipes. Il n’y a jamais eu d’accrocs et le projet ne demande qu’à continuer !